Management associatif : enjeux de la fonction de direction

Management associatif : enjeux de la fonction de direction

Partager sur :

Les missions de management de transition dans le champ médico-social menées par MCG MANAGERS ont souvent pour objectif connexe d’accompagner les associations dans la (re)mise en oeuvre de principes fondamentaux de gouvernance et de dirigeance. MCG MANAGERS partage sa vision et son expérience des enjeux de la fonction de direction au regard de la gouvernance associative.

Les liens entre les acteurs bénévoles et les salariés reposent sur la volonté de produire un projet commun. Cet objectif met en jeu l’histoire collective et personnelle, les convictions et motivations de chacun et ainsi peut devenir un espace de tensions entre les différents acteurs. Il est donc indispensable que la nature et la répartition des pouvoirs au sein de l’association soit clairement formalisées. Les rapports entre directeur et président sont, à ce titre, centraux et la place et le rôle de chacun doivent être définis. Si le président est un exécutif, le directeur ne peut être un exécutant car il doit pouvoir conduire le changement qui s’impose à son secteur d’activité et contribuer à influencer la stratégie.

Cette dimension stratégique du directeur nécessite une mise en perspective avec l’environnement où vont s’affronter alors les logiques politiques, administratives, associatives et professionnelles. Dans cet enchevêtrement de contraintes, son rôle va consister à favoriser le développement des membres de l’association (bénévoles et salariés) pour atteindre les objectifs de l’organisation. Son style résultera à la fois de facteurs personnels (formation, expérience, caractère, …) et de la prise en compte du contexte (culture de l’organisation, attentes, …).

Face à la difficulté à relier les acteurs (bénévoles, salariés, usagers, financeurs, …) que des logiques différenciatrices, parfois antagonistes peuvent séparer, le directeur devra donc développer une fonction qui s’apparente à une médiation pour permettre au conseil d’administration de remplir ses responsabilités et aux autres acteurs (salariés, …) de définir leurs actions.

Le directeur a une double mission ! Il contribue auprès du conseil d’administration à la définition des grandes orientations stratégiques et prend les décisions de gestion qui permettent la mise en oeuvre de ces orientations en matière financière, administrative, des ressources humaines, … . L’absence de prise en compte de ce rôle double peut conduire à des glissements à l’origine de crises, parfois graves, observées dans les missions de transition que nous menons chez nos clients.

Enjeux et configurations du pouvoir

La création d’un projet commun est un moyen pour les parties prenantes de dépasser les conflits d’intérêts, de structurer et contrôler l’organisation. Dès le lancement des premières démarches, ce projet soulève une problématique essentielle : qui participe à sa production ?

Le rôle alors joué par le directeur pourra être : un promoteur des valeurs associatives ; un médiateur qui facilite l’émergence d’un projet acceptable par tous ; ou un concepteur. Il devra concevoir, proposer et développer une structuration associative capable de répondre aux enjeux :

– La formalisation du projet associatif et la mise en adéquation avec les différents projets d’établissements et services.

– La valorisation des ressources transversales pour améliorer les articulations entre établissements et services pour une meilleure qualité.

– La formalisation et l’animation d’un « conseil de direction » regroupant les cadres de direction contribuant aux stratégiques associatives.

Dans un secteur en forte professionnalisation, il paraît nécessaire pour MCG MANAGERS que les directeurs soient affirmés dans leurs fonctions managériales et stratégiques de pilotage des orientations, d’animation, d’organisation et de contrôle interne des activités associatives. Ce, sans qu’il y ait une confusion des rôles entre gouvernance et dirigeance.

La manière d’élaborer le projet a un impact direct sur les relations entre dirigeant bénévole et dirigeant salarié, ainsi qu’entre président et directeur. Cela est révélateur et représentatif du mode de gouvernance au sein de l’association. À travers les missions de transition réalisées, nous observons que les dysfonctionnements entre gouvernance et dirigeance sont une cause fréquente des difficultés opérationnelles.

L’expression d’un pouvoir

Il est essentiel que les présidents et directeurs s’attachent à donner sens et cohérence aux principales fonctions de l’association. Cela se traduit au niveau politique sur les grandes missions de l’organisation et ses valeurs éthiques ; au niveau stratégique par la définition des plans d’actions et des réponses d’application des orientations politiques ; et opérationnel par la mise en oeuvre des projets, programmes et actions découlant des orientations politiques selon la stratégie adoptée. Pragmatiquement l’articulation des relations entre le président et le directeur sur ces trois fonctions peut s’exprimer de la façon suivante :

– La fonction politique relève du président et du conseil d’administration, le directeur ayant, en la matière, un rôle de conseiller technique, force de proposition.

– La fonction stratégique relève du directeur en étroite collaboration avec le président.

– La fonction opérationnelle relève du directeur, interface entre le « politique » et le « technique », entre l’association et les professionnels.

Pour conclure, les sollicitations de nos clients,notamment liés sur les enjeux de ses fonctions clés dans une association imposent à nos managers de transition et aux directeurs de mission MCG Managers de mettre en place un dispositif managérial rigoureux pour s’assurer dès le démarrage de nos missions que les fondamentaux sont bien instaurés pour conduire les projets de transformation.

  • Agence digitale