Le manager de transition : l’homme providence

Le manager de transition : l’homme providence

Partager sur :

Après deux missions de Management de transition, diriez-vous qu’il s’agit d’un vrai métier ?

Non seulement c’est un vrai métier, mais on ne peut bien le pratiquer que par vocation. Il faut avoir envie de donner de son expérience pour aider des organisations et des hommes à sortir de situations difficiles. Au-delà d’une complexité passionnante, le Manager de Transition est également confronté à la souffrance des salariés associé à des blocages administratif et ou à de forte « identité associative». Médiateur, il doit avoir construit son expérience professionnelle dans diverses fonctions et secteurs. Cette maturité professionnelle et personnelle lui assure une capacité à écouter, à analyser, à rechercher le« positif » et proposer des solutions innovantes pour faire rebondir l’organisation tout en agissant de façon méthodique et extrêmement rapide.

Quel rôle joue MCG Managers dans une mission ?

En amont de mes missions, MCG Managers avait négocié soigneusement le « Cadre » de l’intervention ; donc il était clair pour toutes les parties concernées. J’ai été accompagné par Martine PIN, Directrice Encadrante, une professionnelle du secteur médico-social elle-même très expérimentée, ce qui m’a permis à tout moment de progresser dans la mission de manière pertinente en optimisant les délais toujours très serrés. Avec ce suivi personnalisé, on ne peut pas éprouver de difficulté majeure dans ses missions.

En quoi ce travail en mode mission vous plaît ?

Je retrouve ce qui m’a toujours motivé durant mon parcours dans le secteur médico-social : des situations stimulantes et des environnements humains à chaque fois nouveaux et passionnants, tant au niveau des équipes salariales que des personnes accueillies. La mission vous donne un statut « hors hiérarchie » conventionnelle : ce qui accroît la capacité à faire bouger les choses. En tant que Manager de Transition vous êtes de passage : « l’homme providence » donc très indépendant. Vous pouvez, comme aucun autre salarié, énoncer certaines « réalités » à des dirigeants et/ou financeurs qui sont non « entendables » lors de relations dites « normales » ……bien sûr en y mettant les formes! Je trouve enrichissant de pouvoir faire « douter » donc « progresser » et évoluer ceux qui croient tout savoir parce qu’ils n’ont pas eu suffisamment d’opportunités de s’ouvrir à d’autres contextes ou méthodes. Ce mode de travail permet de partager avec d’autres, son expérience, ses compétences et sa sagesse. En contrepartie vous recevez beaucoup de sollicitations humaines qui en font un enrichissement mutuel dans un renouvellement perpétuel.

D'autres témoignages de managers

  • « Soigner » les RH d’une Clinique
    Au terme des six mois, elle a atteint ses objectifs, en dém
    Lire la suite
  • Compenser une longue vacance de poste
    Le directeur général d'établissements médico-sociaux se
    Lire la suite
  • Agence digitale